La fracture sociale loin de s’éteindre, bien au contraire

La crise accentue les écarts de richesse à l’intérieur des pays.

Les riches deviennent plus riches et les pauvre plus pauves.
La situation est telle que l’OCDE a demandé aux pays de réformer les impôts pour taxer plus les riches et moins les pauvres.

Cependant il y a de fortes chances pour que cet appel reste sans lendemain.
Les mesures annoncées vont malheuresement dans le sens d’un agrandissement des inégalites car il est tout simplement plus facile de faire adopter des mesures à une large population aux intérêts éclatés qu’à une poignée de personnes influentes aux poches pleines…

A quand une politique sociale ? Peut-être quand les êtres humains seront moins individualistes (autant les riches qui touchent des montants indécents que les “pauvres” qui profitent des aides sociales tout en travaillant au noir ou provenant d’activités illicites et  faisant des déclarations illégales).

Pour restaurer la confiance, il faudrait, au préalable, augmenter les controles pour s’assurer que l’argent des aides ne soit pas détourné (et mettre des sanctions suffisamment décourageantes) puis ensuite seulement faire participer beaucoup plus les riches.

sources

Post a Comment

Your email is never published nor shared. You're allow to say what you want...