Romney: qui peut s’identifier à un tel candidat?

D’après l’article d’El Pais du 25 janvier 2011, le candidat républicain américain potentiel à la présidentielle Romney a gagné l’année dernière 16 millions de dollars et payé moins de 14% d’impôts.

Ces deux éléments sont effarants:

1. Quelqu’un qui gagne 16 millions de dollars par an (soit plus d’un million tous les mois) peut-il comprendre la situation du citoyen moyen?
Personnellement je ne pense pas. A ce niveau là, de telles personnes n’ont plus rien à perdre, ils se sont assurés une vie confortable pour eux et leur famille sur plusieurs générations.
Certes une telle situation peut être perçue comme une preuve de réussite et valider par conséquent la candidature d’une telle personne pour diriger un état plutôt que de mettre qq qui n’aurait pas un bilan aussi visible.
Cependant la seule chose que nous montre une personne avec une telle richesse est qu’elle est douée en affaire, très probablement cupide et très certainement malhonnête. Rien de plus.
Or, l’objectif d’un état se mesure-t-il en termes purement financiers? Rien n’est moins sûr. Le rôle premier de tout gouvernement est d’assurer la sécurité. D’autres objectifs purements sociaux s’y sont ajoutés. Le but n’est pas de faire du profit, ce qui semble précisemment être le point fort d’un tel candidat, révélant une potentielle forte inadéquation entre le poste et le prétendant.

2. Quelqu’un qui gagne autant et paye si peu d’impôt, est-ce raisonnable de mettre une telle personne au pouvoir?
Le taux d’imposition de Romney est équivalent à celui d’une personne gagnant 38000 USD par an, et non 16000000 USD! Le fisc ne devrait-il pas y jetre un coup d’oeil? Les niches fiscales exploitées ne devraient-elles pas être réformées?
Comment qq qui donne si peu à son pays, en possédant autant, peut-il faire croire qu’il va oeuvrer pour le bien de la nation entière? Et comment les électeurs peuvent-ils y croire?
Dans les évangiles, vieux de plus de 2000 ans, il était déjà écrit “il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer au royaume des cieux”.

Qu’un homme dans une telle situation soit un prétendant sérieux au poste de président en dit bien long sur l’état de notre société (la société américaine n’est pas si différente de la nôtre et nous nous en rapprochons chaque jour un peu plus) dans laquelle individualisme et argent roi sont les maîtres mots.

Pauvre humanité.

sources

Post a Comment

Your email is never published nor shared. You're allow to say what you want...