La Chine se rebelle

Et oui, “quand la chine s’éveillera, le monde tremblera”, c’est on-ne-peut-plus d’actualité!*

Je viens de lire l’article sur le sommet international contre le réchauffement climatique, deux points importants en ressortent:

1) Le protocole de Kyoto n’était malheurseument que parsemé de bonnes intentions. Dans les faits, aujourd’hui, tous les pays se mettent des limites d’émission de CO2 moins importantes que celles fixées par le protocle de Kyoto. Ca ne veut pas dire que tout est perdu pour autant, mais tout simplement que les ambitions affichées en 1997 paraissent aujourd’hui trop ambitieuse, et l’écologie est passée de mode (tout du moins son importance à fortement diminuée, et l’intérêt des politiques également, par conséquent!)

2) Les chinois sont déterminés à se faire entendre, et à faire en sorte que les choses aillent comme ils le veulent. Ils ne masquent plus leur mots. Pour s’engager à réduire les émissions de CO2, ils demandent ouvertement des millions de dollars d’aide internationale et l’ouverture des derniers brevets technologiques. En d’autres termes, “nous les chinois, nous ferons un effort, mais les gars, vous allez casquez!”. Ils sont même allé jusqu’à dire que si on prend en compte les émissions de CO2 des Etats-Unis depuis 1900, ils doivent près de 800 milliards de dollars aux pays en voie de développement comme dommage et intérêts. Outre les chiffres et la rigueur de l’analyse, cette attitude est tout simplement pour dire “nous ferons comme nous l’entendrons et vous n’aurez rien à dire, surtout vous les américains”. En effet, cette “étude” est tout simplement un non sens. Vouloir faire payer pour des émissions en 1900 quand on ne savait même pas ce que le CO2 faisait à la couche d’Ozone. C’est tout simplement de la mauvaise foi caricaturée à l’extrême pour fermer toute discussion possible sur le sujet.

J’ai malheureusement le sentiment que cette attitude fermée refusant tout dialogue n’est que le début d’une longue série… Espérons que nous saurons éviter les erreurs que l’histoire a tenté de nous enseigner.

Mauvaise foi, suite

Faisant suite à mes préoccupations chinoises, un article toujours d’El Pais sur un entretien avec un journaliste chinois connus qui nous fait part de son point de vue : “Par exemple, un directeur de presse pourrait penser que tel évênement criminel a un intérêt et vouloir le publier. Mais le Parti Communiste pourrait penser que ce type d’information n’est pas bon pour les gens, la stabilité sociale ou l’image de la nation, et conseillerait de ne pas le publier“. Ce qui m’attriste dans cette déclaration, c’est que ça lui semble tout à fait normal de brimer la liberté de la presse. Le plus préoccupant étant écrit ailleurs dans l’article “Le journalisme a beaucoup changé en Chine. Aujourd’hui nous avons une plus grande liberté d’information. Mais il est des choses sur lesquelles on ne peut pas écrire, parce que la Chine est un pays en voie de développement et les écrire pourait avoir un impact négatif.” En d’autres termes, la croissance de la chine avant tout, quel qu’en soit le prix!
Cette position affirmée nourrit mes préoccupations exprimées dans la partie précédente. J’espère que la Chine évitera un nombrilisme aveugle destructeur.

sources

Post a Comment

Your email is never published nor shared. You're allow to say what you want...