Un détecteur de mensonge contre la fraude aux allocations

J’ai lu dans le journal Le Monde la mise en place d’un détecteur de mensonge vocal utilisé par les allocations familiales de Grande-Bretagne pour éviter la fraude aux allocations.

Cet article a déclenché une polémique dans les commentaires laissés par les lecteurs entre les pro et les contre.

Pour ma part, mon point de vue est relativement simple : les allocations sont un système représentant un filet de sécurité sociale qui repose sur l’ensemble de la société et la notion de partage.
Autrement c’est l’élément le plus important de notre société, celui qui en assure la cohésion. Il est par conséquent primordial de le préserver. Alors si les nouvelles technologiques peuvent nous aider à traquer les abus, par des moyens tout à fait légaux, avec l’assentiment de l’interlocuteur et sans interférer dans la vie privée, je suis tout à fait favorable.

A partir du moment où quelqu’un fraude, il est important de préserver l’injustice pour deux points très importants :

  • comme le dit l’adage, “qui ne dit mot consent”. Ne pas essayer d’éviter la fraude, c’est l’encourager. Le rôle de ce filet social est de venir en aide à ceux qui en ont besoin, pas de distribuer de l’argent à tout va. Alors oui, c’est dans sa mission même de lutter contre la fraude pour s’assurer que l’argent va bien à ceux qui en ont réellement besoin
  • ne pas lutter contre la fraude décourage tous ceux qui travaillent et côtisent, tous ceux qui alimentent le filet social. Ne pas lutter contre la fraude, c’est mettre en danger l’essence même du système : la volonté de partage, la solidarité sociale

sources

Post a Comment

Your email is never published nor shared. You're allow to say what you want...