Pour plus de justice face aux “sauvageons” mais contre le fichier des membres de gangs

J’ai écouté aujourd’hui le discours de Nicolas Sarkozy suite aux violences entre gangs à l’intérieur d’un lycée; dans lequel il demande la création d’un fichier de suivi des membres des gangs/bandes et les réprimer sur la base de cette seule appartenance.

Avant tout, pour avoir vécu dans plusieurs pays, il ne fait pas bon vivre en France.
Les sociologues et socialistes-conbenditien peuvent dire ce qu’ils veulent, la France n’est pas un pays sûr, c’est un pays avec de plus en plus de violence et où il fait de moins en moins bon vivre.
Où avez-vous vu qu’on laisse, dans un pays, jeter des cailloux sur la police et les pompiers? leur tirer dessus à coup de fusil? Violer les gens en bande dans le RER? Se bagarer dans le métro? Tout simplement insulter tout un chacun?

Personnellement, je suis pour une justice plus présente et qui réponde plus dans le détail. Auparavant il n’appartenait pas à la justice de faire l’éducation, les parents s’en chargeaient plus ou moins, aujourd’hui c’est certainement moins le cas. D’où un ajustement nécessaire de la justice à cette nouvelle donne.

Et le chemin pris par la politique de Sarkozy n’est certainement pas le bon! Traiter qq qui a 12 ans avec des peines de prison est entièrement inutile. Emprisonner les gens pour la seule supposée appartenance à de supposés gangs (dont je suis persuadé qu’il s’agit plus d’agroupements de personnes partageant la même envie de violence que de gang organisé) sans avoir besoin de quelconque autre preuve? Non.

Par contre, on peut essayer d’adapter les peines aux nouvelles violences et condamner de cette manière des délis dès les premiers excès. Ainsi, au lieu d’envoyer à la prison, développer plus les peines avec réalisation d’oeuvres pour le service public ou le bien de la communauté. La personne condamnée ne le fait pas, où créé d’autres problèmes? La peine augmente, ainsi de suite. Mais le besoin serait d’une justice plus rapide, qui ne nécessite pas 3 mois pour délibérer. Les peines étant beaucoup moins lourdes que la prison ou autre, l’enjeu est moins lourds et il n’est pas besoin de faire des dossiers de preuves à n’en plus finir.

Que faut-il punir? Tout acte de violence.
Comment décider s’il faut punir ou non? Utiliser ce test très simple: “est-ce normal de…?”. Si la réponse est “oui”, alors il ne se passe rien. Sinon => condamnation, et moins certain est le “non”, plus légère est la peine.

Exemple 1: deux “sauvageons” ou deux bandes s’affrontent, résultant avec des blessés par arme blanche des deux côtés. Evidemment personne ne porte plainte contre personne, histoire de régler cela dans qq temps entre bandes. Dans l’état actuel, la police ne peut rien faire. Devrions-nous punir les personnes interpellées?
=> question: Est-ce normal de se bagarrer? non. Est-ce normal de se bagarrer à l’arme blanche? encore moins. => punition. (exemple de punition: travailler avec la croix-rouge pendant une semaine pour distribuer le soir la nouriture aux exclus de la société).

Exemple 2: affrontement avec la police, les sauvageons caillassent les policiers. 8 personnes sont interpellées, avec des preuves de personnes prises sur le fait n’incriminant qu’une seule personne. Cependant, les autres personnes l’ont encouragé dans ses actes et l’y ont incité. Dans l’état actuel, que peux faire la police concernant les 7 personnes? Rien.
=> question: Est-ce normal d’encourager quelqu’un à exercer de la violence envers les forces de l’ordre? Non.
=> punition. (exemple: l’obliger à suivre une formation à un travail ou à participer à des cours le soir pendant une semaine).

Avec de telles sanctions, les sauvageons, qui se disent toujours exclus, seraient forcés de se retrouver en société, d’être au contact d’autres personnes et de se socialiser.

Par contre, pour que cela fonctionne, il est impératif d’être intransigeant sur l’application de la peine, et son application de bonne foi. Si le condamné n’exécute pas sa peine, cette dernière cesse d’être légère et formatrice pour prendre un caractère plus répréssif. C’est tout simplement le jeu du donnant-donnant. “On te permet de faire des erreurs, si tu veux rentrer dans le droit chemin, tu peux. Par contre, si tu ne joues pas le jeu, alors nous non-plus.”

D’où le besoin d’introduire une nouvelle charge, tout comme il existe la charge de “non-assistance à personne en danger” ou celle “d’association de malfaiteur”, il faudrait en créer une “d’association de faits de violence”.
Ce serait beaucoup plus efficace qu’un fichier sur les membres de pseudo gangs dont on ne sait rien et surtout qui serait une absurdité ultime. Inculper qq sur sa seule appartenance est d’un absurde! (on n’inculpe pas qq sur des faits qu’il pourrait commettre, mais seulement sur ce qu’il a commis)

Je profite de ce post pour partager une autre idée sur ce thème.
Concernant les crimes passibles de prison (ie. les crimes qui ont toujours existés (meurtres, viol…) et qui, eux pour le coup, ne sont pas, je pense, en explosion), à partir du moment où ces crimes sont graves, je ferai payer le fait d’être en prison. En effet, ils coûtent de l’argent à la société, il serait normal que ce soit à eux de payer comme un loyer, tout comme dans la vrai vie (ex: 600 euros / mois), charge à la prison de pouvoir leur fournir un travail à faire à temps plein qui puisse leur permettre justement de couvrir ces frais.
De cette manière, on réduirait le coût des prisons, on les rapprocheraient également de la réalité, et on permettrait aux prisonnier de se réinsérer plus facilement (ils partageraient ainsi les caractéristiques d’une vie en société).
Que faire avec l’argent généré? Dans un premier temps le réinvestir dans les prisons pour les rénover, le besoin est grand!

Voili voilou, vivement que je sois président! 🙂

Post a Comment

Your email is never published nor shared. You're allow to say what you want...